Actualité

Vendredi 17 mars à 18h

débat

rencontre

L’association Salmiakki & la Librairie du Boulevard sont honorées et enthousiastes à l'idée de recevoir

Michèle Petit et Jessica Vilarroig

elles dialogueront autour de "Lire, cette indispensable nécessité"

A l’heure où la digitalisation et le numérique s’insinuent dans tous nos gestes quotidiens, où les adolescents sont hyper connectés mais semblent déconnectés d’eux-même, où l’école et les bibliothèques publiques intègrent des tablettes dans les outils de médiation, il est grand temps de faire la part belle à l’écriture, à l’imaginaire, à la lecture comme autant d’outils de construction de soi et de présence au monde.

La Librairie du Boulevard, l’association Salmiakki et les Editions ies vous invitent à une rencontre entre Jessica Vilarroig, professeure de lettres dans un dispositif soin-études et auteure de Les refus d’apprendre (Editions ies, 2017) et Michèle Petit, anthropologue et auteure notamment de Lire le monde, expériences de transmission culturelle aujourd’hui (Editions Belin, 2014).

Françoise Tschopp, intervenante sociale, animera le dialogue entre l’enseignante et l’anthropologue autour du rôle de l’écrit, de la lecture, de la littérature comme outil de médiation, de transmission et de construction de soi.

pour voir les autres manifestations ce week-end : http://associationsalmiakki.ch/

Mercredi 22 février à 17h30

rencontre

Conférence de

Jean-François Bayart

autour de son dernier livre "Les fondamentalistes de l’identité. Laïcisme versus djihadisme"

La question identitaire s’est substituée à la question sociale et politique. L’islam s’est mué en nouvel ennemi de l’intérieur, en remplacement du communisme défunt. L’idée laïque, constitutive de la loi de 1905 actant la séparation des cultes et de l’État et la neutralité de celui-ci en matière religieuse, s’est transformée en idéologie laïciste et en religion nationale, mettant l’islam sous contrôle politique.Djihadistes et laïcistes sont devenus des ennemis complémentaires, se renforçant mutuellement de leur haine réciproque. Aussi bien Daech que la droite identitariste entendent réduire ce que l’une et l’autre nomment la « zone grise » des citoyens qui ne se reconnaissent ni dans la nouvelle religion nationale ni dans la guerre sainte. Qui sème le vent culturaliste récolte la tempête identitaire.
Jean-François Bayart, spécialiste de sociologie historique et comparée du politique, est professeur à l’IHEID de Genève et à l’Université Mohammed VI Polytechniques (Rabat).

Jeudi 9 février à 17h30

lecture

signature

Le Courrier et la Librairie du Boulevard invitent à une lecture et dédicace autour de:

De rêves et de papiers

avec l'auteure Rozenn le Berre

Rozenn Le Berre, auteure des chroniques «Au bureau des exilé-e-s» parues dans Le Courrier à l’été 2016, revient avec un livre. De rêves et de papiers547 jours avec les mineurs isolés étrangers (La Découverte) reprend les histoires des jeunes migrants arrivés en France sans leurs parents que l’auteure a eu «la chance», dit-elle, de rencontrer au fil de son travail d’éducatrice dans un service d’accueil spécialisé.

Mercredi 8 février à 14h et à 15h30

La Librairie du Boulevard & KissKiss BangBang proposent

Deux ateliers Origami

Pour les adultes débutants, adolescents et enfants à partir de 8 ans

Attention: places limitées et inscription préalable (participation 5 frs à l’inscription)
Le matériel est fourni.

Jeudi 2 février à 17h30

rencontre

vernissage

Les éditions Alphil-Presses universitaires suisses, la Librairie du Boulevard et Julie de Dardel ont le plaisir de vous inviter au vernissage de son livre

Julie de Dardel – Exporter la prison américaine

 

Au début du XXIe siècle, les États-Unis interviennent en Colombie avec le « Plan Colombie », un programme antidrogue et antiguérilla. Un des volets de ce programme concerne le système carcéral et conduira à un virage drastique dans la vie des prisonniers du pays. En effet, les prisons passent alors du modèle criollo au modèle de prison de sécurité maximale américain.
Le choc est drastique : on passe d’une liberté relative à une privation absolue de celle-ci. Ce livre démontre comment cette évolution est significative du tournant punitif qui s’effectue alors à un niveau mondial. Il se base pour cela sur un très riche matériel récolté par l’auteure lors de séjours en Colombie..

Julie de Dardel a étudié l’histoire économique et sociale à l’Université de Genève, puis a effectué sa thèse de doctorat et sa recherche post-doctorale en géographie humaine à l’Université de Neuchâtel. Elle a par ailleurs effectué des séjours scientifiques à l’Université Nationale à Bogota et à l’Université Industrielle de Santander en Colombie. Ses travaux sont consacrés aux prisons, aux politiques des drogues, aux mouvements sociaux et au genre, en particulier dans le contexte latino-américain. Elle est également engagée en faveur des droits des prisonniers et dans la défense des victimes de répression politique. Elle sera dès janvier 2017 Maître-Assistante au Département de géographie de l’Université de Genève.