Coups de coeur > Romans > La femme à part

Choisissez une catégorie:

BD Beaux livres Essais Jeunesse Polars Romans

Editeur

Éd. Rivages

Année de parution

2018

Prix indicatif

fr. 27.60

Pays

États-Unis

Traduit de l'anglais par Laetitia Devaux

200 pages

La femme à part

Vivian Gornick

Alternant scènes saisies au coin des rues de New York, réflexions personnelles, conversations intellectuelles et amicales, Vivian Gornick esquisse entre les lignes un autoportrait : celui d’une femme féministe, engagée politiquement, solitaire souvent, radicalement insensible à l’argent, à la réussite et au luxe.
À la fois récit intime et essai politique, le livre se construit par éclats tantôt drôles, tantôt acides, engagés ou encore un peu désabusés. Vivian Gornick explore en particulier ce sentiment permanent d’être insuffisante, de n’être jamais à la hauteur. Son intelligence, sa vivacité, sa sensibilité éclatent à chaque page, comme autant de sources de sa douleur, alors que le lecteur les voudrait sources de bonheur et de consolation.
Un livre brillant, drôle et poignant comme l’était déjà le magnifique livre sur sa relation avec sa mère, Un féroce attachement.

Du même auteur:

Ed. Rivages

Inépuisables : notes de (re)lectures

Vivian Gornick

Pour Vivian Gomick, se replonger dans un livre qui fut important à un moment de sa vie, « c’est comme s’allonger sur le divan du psychanalyste ». En compagnie des auteurs qui l’ont marquée (D.H. Lawrence, Elizabeth Bowen, Colette, Marguerite Duras, Natalia Ginzburg…), elle se retourne sur son enfance, sa découverte du féminisme et la révélation de sa vocation d’écrivain. […]

Ed. Rivages

Attachement féroce

Vivian Gornick

Paru en anglais en 1987, ce n’est qu’aujourd’hui que paraît enfin en français le livre de Vivian Gornik, grande figure intellectuelle féministe de la vie new-yorkaise. Ce magnifique récit autobiographique s’attarde  tout particulièrement sur « l’attachement féroce » qui lie Vivian Gornik à sa mère, et décrit de manière terrible et enthousiasmante comment celle-ci, à la mort de son mari (Vivian a […]