Coups de coeur > Essais > Bullshit Jobs

Choisissez une catégorie:

BD Beaux livres Essais Jeunesse Polars Romans

Editeur

Éd. Les liens qui libèrent

Année de parution

2018

Prix indicatif

fr. 38.80

Pays

États-Unis

Traduit de l'anglais par Elise Roy

416 pages

Bullshit Jobs

David Graeber

Alors que le progrès technologique a toujours été vu comme l’horizon d’une libération du travail, notre société moderne repose en grande partie sur l’aliénation de la majorité des employés de bureau. Beaucoup sont amenés à dédier leur vie à des tâches inutiles, sans réel intérêt et vides de sens, tout en ayant pleinement conscience de la superficialité de leur contribution à la société.
C’est de ce paradoxe qu’est né et s’est répandu, sous la plume de David Graeber, le concept de « bullshit jobs ».
L’auteur s’appuie sur les réflexions de grands penseurs, philosophes et scientifiques pour déterminer l’origine de cette anomalie, tant économique que sociale, et en détailler les conséquences individuelles et politiques : la dépression, l’anxiété et les relations de travail sadomasochistes se répandent ; l’effondrement de l’estime de soi s’apparente à « une cicatrice qui balafre notre âme collective ».
Un livre qui démontre bien les absurdités – dangereuses – de notre société.

Du même auteur:

Ed. les liens qui libèrent

Bureaucratie

David Graeber

Avec Bureaucratie David Graeber met à nu un aspect rarement étudié du capitalisme : l’inflation des procédures administratives. Et prend comme d’habitude le contre-pied du discours dominant : moins que l’hypertrophie de l’État, c’est l’extension infinie du champ économique qui explique l’existence des comptables, juristes, certificateurs… « Il faut mille fois plus de paperasse pour entretenir une économie de marché […]

Ed. Lux

Comme si nous étions déjà libres

David Graeber

Après son magnifique « classique » Dette : 5000 ans d’histoire, paru en 2013, David Graeber nous propose à présent un anti-manuel d’action directe non-violente. S’appuyant sur le mouvement Occupy Wall Street, dont il fut un des fondateurs, l’anthropologue David Graeber expose une conception radicale de la démocratie et de la liberté (d’ailleurs, le titre original est The Democracy Project). […]